Get application root spring


Afin que cette application puisse être déployée dans un conteneur de Servlet 2. À cet effet, lors de l'exécution de la commande mvn clean install , un serveur Jetty 6 compatible servlet 2. Dans un conteneur de Servlet 3.

Spring Boot Quick Start 2 - About The Course

Ce billet n'a pas pour vocation de se substituer au manuel de référence du framework Spring. Il ne vous montrera pas non plus l'équivalent XML de la configuration Java. Son objectif est de vous donner un exemple de configuration afin que vous puissiez monter rapidement une application utilisant la syntaxe Java. L'application web donnée en exemple reprend l'architecture type d'une application Spring MVC dans laquelle un WebApplicationContext parent ou root est chargé avec le listener ContextLoaderListener et un WebApplicationContext enfant est chargé via la DispatcherServlet.

Le contexte parent met à disposition les beans Spring de la couche service métier et de la couche de persistance infrastructure compris. La sécurité est également définie au niveau du contexte parent, car les services métiers peuvent être sécurisés Secured. Chacune de ces couches étant configurée dans une classe qui lui est dédiée, la classe MainConfig a pour rôle de toutes les référencer:. L'annotation Configuration joue un rôle central. Les classes où elle est apposée se substituent en effet aux traditionnels fichiers de configuration XML.

Nous y retrouvons la déclaration de beans Spring , l' import de fichiers ou de classes de configuration, la détection automatique de beans annotés par analyse de classpath ou bien encore l' activation de fonctionnalités avancées et des annotations associées Transactional , Cacheable , Scheduled , Async …. C'est ce qu'on appelle le mode lite Beans. Non recommandé, le manuel de référence de Spring explique quels en sont les limitations et les dangers. La classe MainConfig est également annotée avec Import permettant d'importer d'autres classes de configuration.

Très pratique lorsqu'on dépend de librairies tierces n'offrant qu'une configuration XML. Pour Spring, les classes annotées avec Configuration sont des beans Spring:. Cette spécificité infère aux beans de configuration la possibilité d'utiliser l' injection de dépendance via les annotations Autowired et Inject. Leur cycle de vie permet également d'utiliser les annotations PostConstruct et PreDestroy.

La classe MainConfig exploite cette possibilité pour injecter l' Environment modélisant l'environnement d'exécution de l'application. Cette interface permet notamment d'accéder aux profils Spring activés. Lors de l'initialisation de la configuration spécifiée par MainConfig , la méthode initApp annotée avec PostConstruct génère une trace listant les profils actifs. Le contexte enfant est quant à lui défini au travers d'une seule classe WebMvcConfig que nous détaillerons par la suite.

pirater whatsapp sans offre

Ça ne vaudrait vraiment pas get application root spring peine. application surveillance conjoint. ecoute telephonique a distance. get application root spring. localiser telephone portable sans accord. espionner sms nokia.

Cette hiérarchie de contexte permet aux beans de type Service déclarés dans le contexte parent d'être visibles par les beans de type Controller , l'inverse n'étant pas vrai. De par le fait qu'elle est vérifiée à la compilation , la configuration codée en Java permet d'éviter de facto les erreurs que l'on retrouvait couramment en XML: Par exemple, l'annotation EnableCaching génère une exception lorsqu'aucun bean de type CacheManager n'a été déclaré:.

Pour se prémunir de ce genre d'exceptions découvertes au démarrage de votre application, le module Spring Test propose tout un jeu d'annotations: Introduite avec la version 3. La classe SpringConfigTest donne un exemple de test d'intégration de configuration Spring:. La couche de persistance reposant sur JPA, une connexion à une base de données relationnelle est nécessaire. Selon le contexte dans lequel s'exécute l'application, cette DataSource peut être récupérée de deux manières:.

Déclaré dans le bean de configuration DataSourceConfig , le bean dataSource sera par la suite injecté dans le bean de configuration InfrastructureConfig. L'instanciation, la configuration et l'initialisation d'un bean Spring sont réalisées dans une méthode annotée par Bean. Par défaut, le nom du bean Spring est déduit du nom de sa méthode. Voici un exemple de déclaration de beans:. On retrouve une méthode de déclaration de DataSource pour chacun des deux contextes présentés ci-dessus.

Chaque méthode est annotée avec un Profile Spring différent: Le profile javaee est activé dans le web. Le bean Environment est de nouveau utilisé. À noter que le type de retour de cette méthode est un JndiObjectFactoryBean. Pour retourner directement un DataSource , il aurait été nécessaire de se substituer au conteneur Spring en invoquant la méthode afterPropertiesSet de la fabrique de beans:.

Sans cet appel, la dataSource serait nulle:. L'annotation EnableTransactionManagement portée par le bean InfrastructureConfig permet d'activer l'utilisation des annotations Transactional chargées de délimiter les transactions base de données:. Vient ensuite la déclaration des beans transactionManager et transactionTemplate:.

Mettons de côté la méthode entityManagerFactory sur laquelle nous reviendrons plus loin. Pour cela, nous allons créer des liens avec paramètre qui permettront de déterminer l'occurrence à supprimer. La JSP affiche un tableau des différents éléments de la liste de courses. Ce tableau comporte une colonne avec un lien pour supprimer.

Dans ce paragraphe, nous allons modifier des données dans la base de données. Pour cela, nous allons créer un formulaire avec une liste de valeurs qui seront mises à jour dans la base de données. Elle lève une exception uniquement si la requête modifie un nombre d'occurrences différent de 1 ce qui aura pour conséquence de provoquer un rollback de transaction au niveau du service. Le libellé de l'exception contient le texte de la requête SQL.

Pour avoir plus d'information sur la manière de récupérer la requête SQL, vous pouvez lire l'article:.

Spring boot+security. Probleme d'authentification

Plus de Live CD Ubuntu. L'attribut ref permet de préciser un bean géré par le conteneur comme valeur du paramètre: La valeur fournie dans le contexte est alors utilisée lors de l'évaluation de l'expression. Spring va alors automatiquement injecter le service lors de l'invocation du constructeur. Celui-ci se charge de créer les instances requises et de les fournir par injection.

La colonne des quantités comporte des champs de saisie permettant de modifier les différentes quantités. Dans ce paragraphe, nous allons ajouter aux pages Web précédemment créées un menu qui permettra de naviguer dans l'application. Pour cela, nous allons utiliser les Tiles. Nous reprenons les noms des ressources utilisées dans les contrôleurs, ce qui nous évite de modifier les contrôleurs. Attention, cet article n'a pour but que de présenter différentes techniques. Il n'est absolument pas rigoureux dans son code: Mais, cet article aura permis de voir les techniques principales liées aux applications Web avec Spring contrôleurs, formulaires, internationalisation.

Les sources de cet article sont présentes sur GitHub: Vous avez aimé ce tutoriel? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants: Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu: Droits de diffusion permanents accordés à Developpez LLC. Versions des logiciels II. Création de l'application II-B. Déploiement de l'application II-C. Affichage de données en base III-A. Création de la base III-B. Modification du projet afin d'inclure l'affichage des données IV. Pour utiliser l'API, il faut créer une instance de type ExpressionParser qui est le parseur d'expressions.

Spring propose une implémentation sous la forme de la classe SpelExpressionParser qui est un parseur d'expressions SpEL. La méthode parseExpression renvoie une instance de type Expression qui encapsule l'expression fournie en paramètre. La chaîne de caractères fournie en paramètre de la méthode parseExpression doit être une expression valide de SpEL.

La méthode getValue de la classe Expression permet d'obtenir le résultat de l'évaluation de l'expression. Le parser est utilisé pour évaluer des expressions au runtime. L'expression peut être évaluée dans un contexte particulier encapsulé dans un objet de type ParserContext. Le contexte d'évaluation peut contenir un état ou un comportement qui sera pris en compte lors de l'évaluation de l'expression. Il est par exemple possible d'enregistrer une variable dans le contexte pour que celle-ci puisse être utilisée dans l'expression.

La valeur fournie dans le contexte est alors utilisée lors de l'évaluation de l'expression. Dans l'exemple ci-dessous, un objet de type Double est déclarée en invoquant la méthode random de la classe java. Cet objet est fourni en dépendance de la propriété maValeur d'un bean de type MonBean. L'exemple ci-dessous va utiliser SpEL dans la configuration des beans du contexte pour définir une valeur aléatoire et utiliser cette valeur en paramètre du constructeur d'un bean. L'exemple ci-dessous va récupérer une variable d'environnement de la JVM pour utiliser différents fichiers de configuration selon cette variable.

Des fichiers de configuration par environnement sont définis, chacun dans son sous-répertoire.

get application root spring

Une exception de type SpelParseException est levée lors de l'évaluation de l'expression si celle-ci n'est pas syntaxiquement correcte. L'exemple ci-dessous crée une nouvelle instance de MonBean et initialise sa propriété id. La méthode setVariable permet d'affecter une valeur à la variable monId dans le contexte. SpEL permet un accès aux propriétés d'un bean en utilisant la syntaxe avec un point. SpEL offre un large éventail d'opérateurs. Il propose des opérateurs logiques, mathématiques et relationnels standards.

SpEL propose un support de l'opérateur elvis qui est une forme simplifiée de l'opérateur ternaire. SpEL peut accéder aux instances de java. Class en utilisant l'opérateur T T signifiant Type. Il faut fournir à l'opérateur T le nom pleinement qualifié de la classe sauf pour les classes du package java.

L'opérateur instanceof permet de vérifier qu'un objet est d'un type donné: L'exemple ci-dessous utilise SpEL pour créer une nouvelle instance d'un bean en invoquant un de ses constructeurs avec paramètres. Il est obligatoire d'utiliser le nom pleinement qualifié de la classe à instancier. SpEL permet l'invocation d'une méthode dans une expression, ce qui est une fonctionnalité intéressante pour un langage d'expressions. Dans cet exemple, la propriété isFichierPresent est initialisée avec le résultat de l'évaluation de la condition d'existence du fichier.

SpEL propose un support des expressions régulières avec l'opérateur matches qui renvoie un booléen. L'opérateur matches permet d'appliquer une expression régulière: SpEL permet de faire une sélection dans une collection en appliquant un filtre pour créer une nouvelle collection qui est un sous-ensemble de la collection d'origine.

L'opérateur de sélection possède la syntaxe? Dans l'exemple ci-dessus, SpEL est utilisé pour créer une collection des prénoms commençants par la lettre M. SpEL permet de faire une projection qui permet d'obtenir des données des éléments d'une collection pour créer une nouvelle collection. L'opérateur de projection crée une nouvelle collection en évaluant une expression sur les éléments d'une collection source. L'opérateur de projection possède la syntaxe!

La variable this fait référence à l'élément courant dans la liste durant son parcours. SpEL permet d'obtenir une valeur d'une collection de type Map avec une syntaxe similaire à celle d'un tableau dans laquelle la valeur de la clé est fournie entre les crochets.

Configuration minimale

La projection de collections Collection projection permet d'extraire les éléments d'une collection en filtrant sur un motif commun aux différentes valeurs. A partir de la version 2. Comme lors de toutes utilisations d'annotations à la place d'un fichier XML, la configuration est décentralisée mais aussi grandement simplifiée tout en réduisant la taille du fichier de configuration. Le conteneur doit être informé de l'utilisation d'annotations pour réaliser une partie de la configuration. L'utilisation des annotations ne peut pas remplacer intégralement le fichier de configuration: Il est aussi possible de mixer les déclarations en utilisant le fichier de configuration et les annotations.

Cependant, pour faciliter la maintenance, il faut rester le plus cohérent possible, par exemple, en déclarant l'autowiring dans le fichier de configuration ou par annotations mais en éviter de panacher les deux. Ainsi, si un bean est déclaré comme étant un singleton dans le fichier de configuration et qu'il est annoté avec l'annotation Scope "protype" , le bean sera géré comme un singleton par le conteneur.

Cette annotation introduite par Spring 2. Elle s'applique sur une classe. Les valeurs utilisables sont: Ces deux dernières ne sont utilisables que dans des applications web.

Pirater whatsapp sans offre

Comme pour la définition des beans dans le fichier de configuration, le scope par défaut est singleton pour un bean déclaré grâce aux annotations. L'annotation Scope est prise en charge par le conteneur par un objet de type org. Il ne faut pas oublier de déclarer le namespace context et l'utilisation du schéma spring-context dans le fichier de configuration du contexte.

Il faut ensuite indiquer au conteneur les packages qu'il devra scanner pour rechercher les classes annotées. L'attribut base-package permet de préciser le nom du package: Il est possible d'avoir un contrôle très fin sur les classes à scanner en utilisant des filtres.

L'annotation Qualifier permet de faciliter la détermination du bean à injecter grâce à l'annotation Autowired dans le cas où plusieurs instances gérées par le conteneur correspondent au type souhaité. L'annotation Configurable permet de déclarer une classe dont les dépendances seront gérées par le conteneur alors que les instances ne le sont pas.

Ces dépendances sont injectées lors de l'invocation du constructeur de la classe. L'annotation Resource permet une injection automatique par nom: Required introduite par Spring 2. Lors de la création d'une instance du bean, le conteneur va s'assurer que la propriété est valorisée à la fin de l'initialisation du bean soit explicitement soit via l'autowiring. Si à la fin de l'initialisation du bean, la propriété n'est pas valorisée alors une exception de type org.

BeanInitializationException est levée par le conteneur. L'utilisation de cette annotation peut éviter d'avoir une exception de type NullPointerException levée lors de l'exécution des traitements de la classe. Required s'utilise sur le setter d'une propriété car elle ne peut s'appliquer que sur une méthode. Autowired introduite par Spring 2. L'attribut required permet de préciser si l'injection d'une instance dans la propriété est obligatoire ou non.

Tutoriel sur la réalisation d'application Web simple avec Spring

Par défaut, sa valeur est true. Il est possible de préciser une valeur par défaut si l'injection automatique de la dépendance ne s'est pas faite. L'annotation Autowired peut être utilisée sur une méthode ou un constructeur qui attend un ou plusieurs paramètres. L'annotation Autowired peut être utilisée sur plusieurs constructeurs mais un seul constructeur peut être annoté avec Autowired ayant l'attribut required à true qui est la valeur par défaut.

Autowired peut aussi être utilisée sur des tableaux et des collections typées Collection, List, Set, Map. La collection sera alors automatiquement remplie avec les occurrences du type gérées par le conteneur. Il est possible d'obtenir toutes les instances d'un type géré par le conteneur en appliquant Autowired sur une propriété qui est un tableau ou une collection typée.

Il est aussi possible d'utiliser une collection de type Map avec des clés de type String qui seront les idenfiants des beans gérés par le conteneur, les beans eux-mêmes étant les valeurs associées. Par défaut, le conteneur va lever une exception s'il n'arrive pas à trouver une instance qui corresponde au type à auto injecter.

L'attribut required de l'annotation Autowired permet de modifier ce comportement: L'utilisation de cet attribut est préférable à l'utilisation de l'annotation Required. L'annotation Autowired permet aussi l'injection d'une instance de plusieurs types d'objets de Spring notamment BeanFactory et ApplicationContext. L'exemple ci-dessous est un exemple complet d'une petite application standalone qui demande un service au conteneur Spring et l'utilise pour afficher un message. Ce service possède une dépendance auto-injectée vers un DAO qui renvoie le message à afficher. Une classe de test permet de demander une instance au conteneur Spring et d'invoquer sa méthode afficher.

L'auto injection en utilisant les annotations a des avantages mais aussi des inconvénients. L'injection est quelque chose qui doit être configuré mais l'utilisation des annotations nécessite une recompilation lors du changement ou de l'ajout d'une annotation. Généralement, ces changements imposent aussi des modifications dans le code, ce qui limite ce petit inconvénient. L'annotation Qualifier permet de qualifier le candidat à une injection automatique avec son nom. Ceci est particulièrement utile lorsque plusieurs instances sont du type à injecter.

Lors de la détermination d'une instance à injecter automatiquement par autowiring, se basant donc sur le type, il est possible que plusieurs instances gérées par le conteneur soit éligibles notamment lorsque le type à injecter est une interface ou une classe abstraite. Il faut alors aider le conteneur à choisir la bonne instance en utilisant l'annotation Qualifier. Qualifier a été introduite par Spring 2. Elle peut s'appliquer sur un champ, une méthode ou un constructeur ou sur un paramètre d'un champ ou un constructeur.

L'annotation permet de préciser une valeur qui sera utilisée par le conteneur comme qualificateur pour déterminer le bean de l'instance à utiliser lors de l'injection. L'utilisation la plus facile de Qualifier est de lui fournir en paramètre le nom du bean concerné et de l'appliquer sur la propriété qui sera injectée: Cependant, Autowired et Qualifier peuvent être utilisés sur un constructeur ou une méthode ayant plusieurs paramètres. Dans l'exemple ci-dessus, deux beans de type Personne sont déclarés.

  • peut on espionner un téléphone portable?
  • Développer un microservice qui interagit avec Flower.
  • micro espion gsm longue autonomie?
  • Tutoriel sur la configuration de Spring en Java!
  • logiciel espion sur mon ordi;

Leurs identifiants sont utilisés comme valeurs de l'attribut de l'annotation Qualifier. Il est aussi possible d'utiliser l'annotation Qualifer sur la classe pour lui associer un qualificateur qui pourra être utilisé à la place du nom du bean. L'annotation Qualifier est utilisée pour associer un qualificateur à la classe: L'annotation Qualifier est utilisée sur les propriétés à injecter pour préciser le qualificateur qui va permettre au conteneur de sélectionner l'instance à injecter.

L'annotation Autowired étant naturellement utilisée pour une injection par type, il est préférable de donner une valeur sémantique à un qualificateur. Il est aussi possible de définir ses propres annotations qui seront des qualifiers: Il est aussi possible de définir un qualificateur dans le fichier de configuration donc sans utiliser d'annotation mais en déclarant un bean de type CustomAutowireConfigurer. Son attribut value permet de définir la valeur du qualificateur.

Son support est proposé depuis la version 2. La spécification de cette annotation est faite dans la JSR commons annotations. L'annotation Resource est fournie en standard avec Java SE 6: Sans attribut, cette annotation agit comme l'annotation Autowired en permettant l'injection de beans. La différence est que Resource propose la résolution par nom alors que Autowired propose la résolution par type.

L'annotaion tente de déterminer le bean concerné en recherchant celui dont le nom correspond à l'attribut name de Resource. Sinon, la recherche s'effectue sur le nom de la propriété s'il est fourni et, pour terminer, sur le type du bean puisque les recherches par noms ont échoué. Pour demander l'injection d'un bean précis, il faut fournir son identifiant comme valeur de l'attribut name. Il est possible de désactiver la recherche par type si la recherche par nom échoue en passant la valeur false à la propriété fallbackToDefaultTypeMatch de l'instance de type CommonAnnotationBeanPostProcessor.

La propriété alwaysUseJndiLookup est un booléen possédant la valeur false par défaut qui permet de demander la résolution de la dépendance annotée avec Resource dans un annuaire JNDI. Configurable introduite par Spring 2. L'annotation Configurable permet de demander à Spring d'ajouter des aspects afin d'injecter les dépendances de la classe lors de l'invocation du constructeur.

Ainsi, même si la classe n'est pas gérée par Spring, Spring sera en mesure d'injecter ses dépendances. Typiquement cela concerne des objets qui ne sont pas gérés par le conteneur de Spring par exemple des objets du domaine ou une servlet. Son exploitation se fait de façon transparente avec l'AOP: Spring tisse les aspects qui vont se charger de réaliser l'injection des dépendances lors de l'invocation du constructeur de la classe. Ce tissage peut se faire de plusieurs manières:.

Pour utiliser le tissage au runtime, il faut définir un agent au lancement de la JVM en lui ajoutant l'option "-javaagent: Cela améliore les performances de ce processus qui se limite aux classes concernées. Chaque fois qu'une instance de la classe sera créée, Spring va assurer l'injection des dépendances qu'il gère.

Boucle infinie

Ceci évite d'avoir à utiliser des paramètres de méthodes pour fournir les instances de ces dépendances. Les dépendances qui seront à injecter peuvent être définies dans le fichier de configuration ou en utilisant l'annotation Autowired. Si les dépendances sont décrites dans le fichier de configuration, il faut fournir en attribut de l'annotation Configurable l'id de la définition du bean à utiliser.

Cette définition doit être faite dans le fichier de configuration du contexte Spring. L'exemple ci-dessous va définir un bean annoté avec Configurable qui possède une dépendance vers une classe de type MonService qui sera injectée automatiquement par Spring grâce à l'annotation Autowired. Le service qui implémente l'interface définie est annoté avec Service pour demander à Spring de gérer son cycle de vie. L'application crée une nouvelle instance de la classe MonBean et invoque sa méthode valider.

Spring va alors automatiquement injecter le service lors de l'invocation du constructeur. Pour compiler et exécuter cet exemple, il faut que les jar requis soient dans le classpath:. A l'exécution, il faut utiliser l'option -javaagent de la JVM avec comme valeur le chemin vers la bibliothèque aspectjweaver. Il est important que le tissage des aspects Spring soit réalisé au runtime comme dans l'exemple ou lors de la compilation pour que l'injection des dépendances soit réalisée. L'utilisation de ce mécanisme reposant sur l'AOP, il faut tenir compte des contraintes de cette technologie:.

L'exemple ci-dessous va définir une servlet qui utilise une classe ayant une dépendance vers un objet géré par le conteneur Spring. La servlet utilise une classe MonService. Cette classe possède une dépendance vers une instance de la classe UserDao. L'injection sera réalisée par Spring lors de l'invocation du constructeur grâce à l'ajout d'aspects demandé par l'annotation Configurable.

Le fichier de configuration contient la définition des beans et la déclaration de l'utilisation des annotations. L'utilisation de ce tag requière qu'un javaagent soit précisé au lancement de la JVM. Les bibliothèques de Spring 3. Pour activer le support de ces annotations, il faut définir un bean de type CommonAnnotationBeanPostProcessor ou à partir de Spring 2. Cette annotation permet de marquer une méthode comme devant être exécutée à l'initialisation d'une nouvelle instance. Elle est définie dans la JSR et prise en charge par Spring en remplacement de l'utilisation de l'interface InitializingBean.

L'utilisation de cette annotation est ainsi moins intrusive. Cette annotation permet de marquer une méthode comme devant être exécutée à la destruction d'une instance. Elle est définie dans la JSR et prise en charge par Spring en remplacement de l'utilisation de l'interface DisposableBean. Spring propose plusieurs annotations qui permettent de marquer des classes avec des stéréotypes particuliers. Le fait de marquer des classes avec une annotation relative à un stéréotype permet au framework d'effectuer des actions de définition dans la configuration Spring de ces classes.

  • Pirater un compte whatsapp sans offre.
  • comment localiser un telephone portable a distance.
  • localiser portable de ma femme?
  • espionner sms sans le telephone.

Il est préférable d'utiliser une annotation plus spécifique telle que Controller, Service ou Repository pour associer un stéréotype à une classe plutôt que d'utiliser Component. Tous les composants autodétectés sont implicitement nommés avec le nom de leur classe commençant par une minuscule. Il est possible de forcer explicitement le nom du bean en passant la valeur de ce nom en paramètre par défaut de l'annotation. Ainsi toute la partie relative à la déclaration de beans de type Service ou DAO peut être retirée du fichier de configuration et remplacée par l'utilisation des annotations.

Le fichier de configuration est ainsi grandement allégé et la configuration est facilitée mais celle-ci n'est plus centralisée dans un ou plusieurs fichiers de configuration. Il est possible de préciser plusieurs packages comme valeur de l'attribut base-package en les séparant par une virgule. Par défaut, toutes les classes annotées avec Component, Service, Repository et Controller sont détectées lors de la recherche.